Thursday, October 17

Luzolo Bambi : “La corruption s’impose, malgré l’engagement du chef de l’État”

0

« Le mot d’ordre du chef de l’État sur la lutte contre la corruption n’a pas été suivi dans toutes les institutions du pays », a affirmé Luzolo Bambi, Conseiller Spécial du président de la République en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme; au cours d’une conférence tenue pour les étudiants de l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication (IFASIC), samedi 29 juin 2018, à Kinshasa/Gombe.

“La RDC perd 15 milliards de dollars du fait de la corruption et le détournement des fonds publics”, a déclaré l’ancien Ministre de la justice. Il a également déploré le fait de trouver des prisons vides, aucun détenu pour de motif de corruption. Selon l’homme de “Angenga” et “Buluwo”, il n’y a jamais eu de procès populaire sur la corruption en République Démocratique du Congo.

Luzolo Bambi a confirmé que dans le paradoxe congolais en matière des finances, la corruption existe et qu’elle gangrène gravement les institutions du pays. “C’est ainsi que j’ai toujours engagé un débat sur le paradoxe congolais entre la taille de notre budget et le coulage de des recettes”, a lâché le conseiller de chef de l’État. « La corruption est dangereuse, car ce qui est corrompu est pourri. Pour le cas de notre pays, nous risquons d’être rayé sur la carte du monde»,a répondu le
conférencier à la question d’un étudiant, voulant savoir où ira la RDC avec une corruption à ciel ouvert.

Pour l’ancien ministre, la lutte contre la corruption passe par le combat de justice. Car cette dernière est une question de vie ou de mort d’une société. La corruption trouve place par le biais de l’injustice, a-t-il fait savoir.

Le conférencier a indiqué également que,  la lutte contre la corruption est une question citoyenne. Elle engage tout le monde. Que tu sois de la majorité ou de l’opposition. Dans son discours, sur l’éducation comme vecteur de ce virus décrié, ramenant le pays ver le bas. Comme pour dire, un pays riche avec une population pauvre. « Pour bien lutter contre la corruption, nous devons prêcher par l’exemplarité afin de transmettre un bon message », a-t-il exhorté.

Luzolo Bambi a demandé aux étudiants de dénoncer toute tentative de corruption même pendant le moment de passation des examens. Il les a aussi appelé à abandonner la tricherie, qui est aussi une forme de corruption.

Signalons par ailleurs que cette conférence a connu la participation du Recteur de l’IFASIC, le professeur Rigobert Munkeni et le Président des étudiants, Emmanuel Luyatu. Elle s’est tenue pendant que les étudiants se préparent pour affronter la session de juillet. Et, une prochaine rencontre est prévue le 31 juillet 2018, date marquant la clôture officielle de l’année académique, selon le calendrier du Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire. Cette clôture sera marquée par la remise du trophée « Professeur Malembe » première édition, initiative de Luyatu Emmanuel, l’actuel Président des étudiants de l’IFASIC.

Christophe Kabeya

Share.

About Author

Leave A Reply

EnglishFrenchGermanPortugueseSpanish