Plusieurs milices se sont rendus par plusieurs vagues aux FARDC à Uvira

0

Des sources militaires ont annoncé lundi 2 juillet, que trente combattants Maï-Maï du groupe Kijangala se sont rendus la semaine dernière aux FARDC avec 5 armes AK-47. Ils sont à la disposition du 3304e régiment des FARDC à Luvungi. Cette reddition est consécutive à la sensibilisation intensifiée depuis mi-juin dernier par la section DDRRR de la MONUSCO en collaboration avec les communautés locales dans la plaine de la Ruzizi. A confirmé ce mardi 3 juillet la Radio Okapi.

« Puisqu’ils viennent et n’ont rien, pour éviter qu’ils ne puissent plus rentrer dans la brousse, ils peuvent faire des activités intégratrices ou demander auprès de certains bailleurs des fonds d’appuyer des projets d’agriculture, d’élevage, de petit commerce ainsi que d’autres activités. Et ils se retrouveront dans la famille et ne seront pas discriminés ». A expliqué la stratégie arrêtée pour réussir la réintégration sociale de ces miliciens, la responsable de la CDJP/Uvira, Godelieve Lugambo, car ces combattants venus des moyens plateaux surplombant la Ruzizi se sont rendus par plusieurs vagues aux FARDC à Lemera, à Sange et à Runingu.

La dernière vague constituée de six combattants Maï-Maï a été accueillie jeudi dernier au village de Runingu. Ces miliciens affirment avoir été conscientisés par l’ONG locale « Buguma Kalembe» et la Commission diocésaine justice et paix (CDJP) en vue de contribuer à la paix et la stabilisation de la région.

Myce Kassonga

Share.

About Author

Leave A Reply

EnglishFrenchGermanPortugueseSpanish