Kinshasa : les habitants de la commune de Ngaliema réclament la réhabilitation du bourgmestre Dieumerci Mayibaziluanga (Emmany Dioko).

0

Il y a de cela plus d’une semaine que les militants et combattants de l’udps ont assiégé la maison communale de Ngaliema, pour la simple et bonne raison, que le Bourgmestre Dieu-merci Mayibaziluanga soit rétabli de ses fonctions, depuis qu’il était suspendu ça fait 3 trois semaines.

Dans une interview à bâton rompu accordée à la Rédaction de Carmel média avec le Président de la ligue des jeunes de l’udps, Emmany dioko, d’après lui, les habitants de Ngaliema n’ont pas accepter cette suspension injuste.

Ce ne sont pas des militants de sa formation politique, qui ont envahi ce lieu, mais plutôt la population de Ngaliema qui le fait dans le soucis de voir que l’autorité de leur municipalité regagne ses fonctions, d’autant plus qu’il travaille avec beaucoup de patriotismes, et pour leur intérêt et on l’a suspendu injustement, a dit Emmany dioko.

Et d’ajouter, il faut d’abord commencer par voir comment la suspension a intervenue, tout est parti par une lettre d’interpellation ou une demande d’explication, où on l’a demandé de se justifier sur un fait, avant qu’il entre en fonction vous voyez déjà qu’il y a déjà vice de procédure, ils ne se sont pas arrêté là.
Et celui qui a signé cette lettre est un ministre ad intérim, en droit administratif ça n’existe pas, et tous ces faits mis ensemble, nous disons que la suspension du Bourgmestre de Ngaliema est injuste, a déclaré Dr Emmany dioko.

Et de souligner, la politique de l’émotion, c’est dépassée, on fait la politique pour l’intérêt de tout le monde, et si on commence à régler le compte aux gens par rapport à son état d’âme, là le pays est perdu, a souligné Emmany dioko.

Et de conclure, mais avec le Président Félix tshisekedi, on gère la nation pour l’intérêt général, lors que un mandataire ou un gestionnaire fait bien son travail, et qu’il faut faire passer les émotions, là c’est archaïque il faut suivre la voie du changement mené par le chef de l’État.

l’État de droit demande à tout celui qui se sent lésé, de pouvoir réclamer, mais dans l’ordre selon les textes qui en régissent, nous sommes les gens qui ont combattu longtemps pour l’État de droit, aujourd’hui si un congolais se voit mis à l’écart dans ses droits, il n’a qu’à réclamer suivant les principes établis, a conclu Dr Emmany dioko.

Diego kayiba/ carmelmedia.info

Share.

About Author

Leave A Reply

EnglishFrenchGermanPortugueseSpanish