Saturday, December 5

Maximisation des recettes à Kinshasa : la DGPEK à pieds d’oeuvre.

0

Qui veut aller loin ménage sa monture dit-on. C’est fort de cette sagesse que la Direction générale de publicité extérieure de Kinshasa -DGPK- a présenté aux responsables des agences de publicité, jeudi 19 novembre 2020, le calendrier fiscal pour l’exercice 2020. La cérémonie a eu lieu dans la salle Samuel Kitoko de l’Hôtel de Ville de Kinshasa, dans la commune de la Gombe.
Pour la directrice générale de la DGPEK, Régine Kingunza, ce calendrier fiscal qui va du 01 décembre 2020 au 31 novembre 2021 vient repondre aux préoccupations des agences publicitaire quant aux difficultés rencontrées lors de la déclaration et de l’affichage de leurs produits. Ce calendrier concerne toutes les agences de publicité aggréées opérant dans la ville de Kinshasa et assujetties à la taxe publicitaire conformément à l’édit 004/2007 portant implantation et affichage publicitaire dans la ville de Kinshasa.
Régine Kingunza a insisté sur la franche collaboration qui doit exister entre la DGPEK et ses partenaires, pour une bonne image de la ville chère au gouverneur Gentiny Ngobila Mbaka. Dans la deuxieme partie de la cérémonie, le directeur général adjoint de la DGPEK, jésus-noel Sheke, a présenté de manière détaillée, les différentes echéances sur les droits, taxes et redevances publicitaires de ce calendrier.
Jésus-Noel Sheke a rappellé que la date du retrait et dépot des formulaires de déclaration étant fixée pour ce premier decembre 2020, la liquidation et le paiement du premier acompte de la taxe d’implantation, soit 50% du montant global annuel, interviendra vers le premier février jusqu’à fin mars. “Du reste, la mission de contrôle est donc callée jusqu’à la fin du mois de mai 2021”, a-t-il indiqué. Prenant la parole en dernier lieu, le Ministre provincial en charge de la décentralisation et aménagement du territoire, Didier Tenge Te Litho, a édifié les partenaires économiques sur la différence qui existe entre l’aménagement d’une part, et l’urbanisme et habitat d’autre part. “Il est donc nécessaire pour les opérateurs économiques de toujours en tenir compte lors de leur implantation. Leurs constructions doivent commencer par l’aménagement, car la qualité du bien être de tous les kinois en dépend”, a-t-il conclu.

Rosymaque/ carmelmedia.info

Share.

About Author

Leave A Reply

EnglishFrenchGermanPortugueseSpanish